de 1990 à 1999

1999

Le choix du répertoire s’est fait à la mémoire de Pierre Host. Jean-Walter Audoli dirige l’imposant Psaume 42 de Mendelssohn, avec Miriam Ruggeri en soliste. L’ode funèbre « Nänie », de Brahms, est dirigée par Michel à la tête d’un orchestre de 40 musiciens. Des motets a cappella de Brahms, de Mendelssohn, de Gounod complètent ce programme.

Parallèlement, nous abordons des lieder de Hugo Wolf et des divertissements pour chœur et piano de Schubert. Nous donnerons ces œuvres avec notre ami Bruno Gousset en concert à la Norville, puis à Bué-en-Sancerre où nous sommes connus pour nos talents musicaux mais aussi pour notre réputation de tastevins distingués…

1998

Une nouvelle opération de formation à l’interprétation baroque est entreprise, comme en 1994. Le Centre polyphonique missionne, cette fois, Sébastien Marq, qui est flûtiste et chef d’orchestre, pour nous faire travailler autour de Marc-Antoine Charpentier, avec l’oratorio « Filius prodigus » et le psaume 112 « Laudate pueri Dominum ». Avec Sébastien le courant passe très bien. Nous donnerons ces œuvres à Notre-Dame de Vincennes et à Sainte-Marguerite, à Paris. Le répertoire comporte aussi des œuvres sacrées et profanes de la Renaissance, qui seront données à Saint-Maur, et dans deux églises parisiennes, Saint-Merri et Notre-Dame d’Espérance.

En août, l’annonce du décès de Pierre Host nous affecte beaucoup. Peu de temps auparavant, il avait évoqué avec intérêt l’approche du 50ème anniversaire de notre chœur. IL souhaitait y participer activement !

1997

Notre « Ensemble choral A Cœur Joie de Vincennes » devient plus simplement « Ensemble choral de Vincennes », ECV pour faire rapide…

Nous menons une opération exaltante de recherche et de restitution d’une œuvre de Haendel tombée dans l’oubli, un « Anthem pour la victoire de Dettingen ». Notre ami Bruno Gousset, pianiste et compositeur, participe activement à la renaissance de ce qui est qualifié de ‘chef d’œuvre étourdissant d’adresse contrapuntique et d’éclat sonore ». Nous le donnons en concert à Notre-Dame de Vincennes, dirigé par Jean-Walter Audoli ; au même programme, les « Funeral Musics for Queen Mary », de Henry Purcell, dirigées par Michel.

Cette œuvre sera redonnée à Saint-Merri à Paris, puis dans l’église de la Norville et celle de Lizy-sur-Ourcq.

1996

La semaine « Vincennes à l’heure russe » est une réalité. Nos amis de Kostroma sont revenus. Avec l’aide de la municipalité et le soutien de la Fondation France-Télécom, nous donnons un magnifique et émouvant concert, des œuvres que nous avons préparées parallèlement chacun de notre côté, et que nous montons en commun : la « Liturgie de Saint-Jean Chrysostome » de Tchaikovski, et le Requiem de Fauré, avec Jean-Walter Audoli et ses musiciens, et les voix magiques de Monique Zanetti et de Jacques Bona. Nous chanterons aussi pour la Fête de la Musique, sur l’esplanade de la mairie. Un concert à la Sainte-Chapelle du château de Vincennes, avec le chœur de Kostroma et celui de la cathédrale russe de Paris, sonnera la fin de cette Semaine culturelle, qui aura eu beaucoup de succès dans tous les domaines : expositions artistiques, littérature, théâtre, cinéma, danse…

JWA-ES-MM

1995

Nous profitons de notre formation de « baroqueux » pour monter avec Jean-Walter Audoli un programme Bach : la Messe en la et la cantate BWV 78. Claudine Le Coz est encore la soprano d’un bon quatuor de solistes. Nous donnons ces œuvres à Nogent, à Saint-Honoré d’Eylau à Paris, et à Vincennes…

… Nous devons donner aussi le même concert aux Choralies de Vaison, mais les responsables de la programmation, considérant sans doute que nous n’en valons pas la peine, nous relèguent dans la minuscule église de Tulette, où le public, par 35° à l’ombre, écoute le concert dans une ambiance de sauna ! Et la presse, qui n’a pas du trouver la petite route de Tulette, brille par son silence…

1994

Nous renouvelons un « contrat de formation collective » avec le Centre polyphonique et l’ADIAM 94, pour une initiation à l’interprétation de la musique vocale baroque. C’est Hervé Niquet, chef du prestigieux « Concert Spirituel », qui est missionné. Son enseignement est exigeant et déterminé. Il nous fait progresser, implacablement et sans concession, autour du « Te Deum » de Campra et du motet « Lauda Sion » de Benevolo. Nous les donnerons en concert à Vincennes avec d’excellents solistes ; le programme comprend également des motets et des lieder de Mendelssohn.

Niquet

Evguenia Safronova vient à Paris travailler et présenter à la mairie avec Michel le projet « Vincennes à l’heure russe ».

1993

Opération de formation collective à l’interprétation du chant grégorien, avec la spécialiste Catherine Schroeder, une action menée avec le concours du Centre d’art polyphonique de Paris et de l’ADIAM 94. Ces cours préparent l’approche du requiem de Maurice Duruflé, donné en concert à Vincennes avec Jean-Walter Audoli.
L’œuvre sera redonnée dans sa version pour orgue avec Véronique Leguen à l’orgue et avec Miriam Ruggeri, sous la direction de Michel, dans la chapelle de la Salpêtrière à Paris.

En décembre, nous partons pour Kostroma, via Moscou. Nous fêtons le nouvel an avec nos amis dans une vaste « datcha », dans la forêt sous la neige. Nous visitons les villes et les monastères de l’Anneau d’or. Nous donnons des concerts, à Moscou dans l’église Saint-Louis des Français, et à Kostroma dans la Salle de la noblesse, récemment réaffectée aux manifestations culturelles. Notre maire-adjoint chargé de la culture, qui fait le voyage avec nous, promet d’aider à organiser une nouvelle rencontre.

kostroma 93

1992

Retour vers Jean-Walter Audoli avec Vivaldi. A Vincennes, le Magnificat et le psaume 111 « Beatus Vir » pour double chœur. Michel dirige le Notre Père (« Otce náš ») de Janácek. Le soliste est le ténor écossais Stuart Patterson. Les Vivaldi seront redonnés en fin d’année à Charenton. Nous redonnons aussi le Janácek à Paris, à l’INJA … avec razzia dans le vestiaire !

En juin, c’est l’accueil du chœur russe « A Cappella » de Kostroma. Superbe formation qui, sous la conduite d’Evguenia Safronova, nous fait entendre à Fécamp, à la chapelle de la Salpêtrière à Paris, puis à Vincennes, un répertoire de musique sacrée et populaire envoûtant. L’accueil dans nos familles et l’organisation réalisée par nos équipes sont irréprochables. Nos amis russes sont émus. Au départ, promesse est faite de se revoir…

1991

Année Mozart… Nous aussi, nous la célébrons avec la « Messe du Couronnement » et le « Dixit & Magnificat », en collaboration avec Bernard Thomas et son orchestre de chambre. Les deux chefs se succèdent au pupitre. La voix superbe d’Annick Massis (qui fait une belle carrière !) se fait entendre dans le brillant motet « Exsultate Jubilate ». Ce programme sera donné à Vincennes, puis à Paris, en l’église Saint-Germain des Prés.

1990

Le 40ème anniversaire de la chorale est célébré avec éclat, et avec le Magnificat et la cantate BWV 130 de Bach, dirigés respectivement par Jean-Walter Audoli et par Michel. S’y ajoutent le « Cantique de Jean Racine », de Fauré, et divers motets. Ce programme sera redonné au Festival départemental du Val-de-Marne et en l’église Saint-Germain de Fontenay.

Cet anniversaire est l’occasion d’un rassemblement des « anciens » de la chorale au château de Drancy. Pierre Host, notre fondateur, est présent. La chorale donne une audition, l’assemblée chante des « chœurs souvenirs » choisis…

40emeSuite, de 2000 à 2009