de 1960 à 1969

1969

En septembre la chorale participe au Festival international de chant choral de Barcelone.

barcelone 69

Danièle Crépin (qui deviendra Madame Reis) accepte d’assister Michel en remplacement de Marie-Agnès Marchand. C’est le début d’une longue et fructueuse complicité !

1968

La cantate 78 de Bach est donnée aux Choralies de Vaison avec un orchestre anglais.

Un premier échange est organisé avec la chorale belge « Pays noir » de Charleroi.

1967

A Pâques, en deux semaines, c’est le « grand voyage » aux Etats-Unis et au Canada. Avec bien des difficultés et des péripéties, nous l’organisons nous-mêmes. New-York, Boston, l’Ontario et les chutes du Niagara, Montréal, Peterborough, et retour à New-York où la chorale donne un « Candle-light concert » au City Hall devant un auditoire composé des professeurs de musique de la ville. Jackie Kennedy entend parler de cette réalisation, et elle envoie ses félicitations à la chorale.

USA68

Au retour des Etats-Unis, France Vernillat, productrice de l’émission « les Arts traditionnels » sur France-Culture, enregistre la chorale au studio 104 de la « Maison de l’ORTF » (actuelle Maison de la Radio).

1966

La chorale chante la messe de minuit à l’aéroport d’Orly pour le « Noël des enfants du monde ».

Un voyage à Stuttgart donne l’occasion de chanter un répertoire de chœurs a cappella variés dans l’imposante Mozart-Saal du Konzerthaus Stuttgarter Liederhalle.

1965

C’est l’arrivée de Marie-Agnès Marchand aux côtés de Michel. Elle fonde et anime une chanterie d’enfants qui va fonctionner plusieurs années dans le sillage de la chorale ; elle sera relayée plus tard par Marie-Françoise Martin.

La cantate BWV 78 de Bach est donnée plusieurs fois en concert, dont un concert au TEP à Paris, sous la direction de Stéphane Caillat et, pour la première fois, avec l’orchestre de chambre de Jean-François Paillard.

1964

Avec la chorale « Vent d’est », fondée et dirigée par Michel Giraud, c’est le concours de « l’Ange d’or » de Radio-Luxembourg. Nous remportons le premier prix avec le « Noël noir » merveilleusement arrangé par notre ami Raph Passaquet. Un disque suivra, enregistré et distribué par Polydor.

1963

Michel fait appel à Chantal Weber, jeune soprano et excellente musicienne, pour le seconder.

César Geoffray nomme Michel animateur musical de la région A Cœur Joie Paris-Est, aux côtés de Stéphane Caillat.

L’animation de la messe de clôture d’un rassemblement de 10.000 jeunes au Palais de la porte de Versailles à Paris est un moment mémorable (trac et humour garantis pour l’ensemble des choristes).

La chorale donne une audition pour l’inauguration officielle de la MJC de Vincennes par Maurice Herzog, ministre de la Culture et des Sports.

En juin, la chorale est invitée par le Kammerchor de Karlsruhe où elle donne plusieurs concerts.
Enfin c’est l’année où Danièle Crépin (qui deviendra Madame Reis) intègre l’Ensemble Choral.

1962

Michel Martzolf s’absente de Paris pour raison de santé et la chorale est animée avec bonheur par Noëlle Schoen et Jef Gardien. Ils quitteront le chœur en 1963.
C’est en 1963 que Jacqueline Poublan met ses compétences professionnelles et son dévouement au service du secrétariat de la chorale.

Le répertoire des saisons 62 et 63 est consacré à la chanson moderne et poétique. Données en concert avec la participation d’Anne Sylvestre, ces chansons seront enregistrées avec Jef Gardien dans les studios d’André Charlin. Le disque recevra le prix « Loisirs-Jeunes ».

1961

La chorale est invitée par le chœur de Stoneleigh, près de Londres ; elle y donne un concert.

1960

Dès la rentrée, Michel Martzolf fait appel, pour l’assister, à deux choristes bons musiciens et formés à la direction : Noëlle Schoen (dite « la Lyonnaise ») et Jef Gardien (le « baladin-troubadour-guitariste »).

berlin 60

Une riche collaboration s’instaure avec le « Paris American High School » de Garches et Bob Oliveira. Les deux chœurs montent un programme de negro spirituals qu’ils donnent plusieurs fois en concert et qu’ils enregistrent avec, en soliste, Clyde Wright, membre du célèbre « Golden Gate Quartet ». C’est un grand succès et une grande joie pour les choristes. Et le disque se vend bien !

Avec les chorales A Cœur Joie de Sceaux (Alain Chouvet) et de Neuilly (Aline Kopp), une étroite complicité entre les chefs donne lieu à la création de la Psallette de paris dont César Geoffray est le patron. Des éléments des trois chorales la composent et en novembre ils se rendent à Berlin pour donner deux concerts.

Suite, de 1970 à 1979